samedi 31 janvier 2009

La crise en France... pensée par un Américain


Les autorités en France ont traditionnellement la réputation, de ne pas savoir gérer leurs rapports avec les media, la communication... Je ne sais pas si c'est vrai mais ja'i découvert le week-end dernier une émission sur LCI et un article sur Le Monde sur une Commission dont personne n'a entendu parler, et pourtant cela fait presque... un an qu'elle existe.

Saviez-vous, chères lectrices et chers lecteurs, qu'une Commission sur la Mesure de la Performance Economique et du Progrès Social travaille (elle a tenu sa première réunion plénière les 22 et 23 avril 2008) sur un modèle d'économie post-crise ? Le Monde s'est fendu d'une entrevue le 19 janvier 2009. Je remarque que cette Commission est présidée par deux "prix Nobel" d'économie : Joseph Stiglitz - une référence classique dans les Instituts d'Etudes Politiques, et je pense dans toutes les facultés d'économie de France, au moins. Il est conseillé par Amartya Sen (récompensé pour ses travaux sur le micro-crédit et ses travaux sur le concept d'économie durable). S'est joint à eux pour coordonner les travaux un Français, et pas des moindres : Jean-Paul Fitoussi, directeur de l'OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques), dépendant de Sciences Po Paris.

Son mandat ? Tout simplement "identifier les limites du PIB comme indicateur de performance économique et de progrès social" et d'un manière générale, élaborer une métholodologie et des indicateurs s'inscrivant dans la perspective d'une croissance et d'un développement durables. "Le travail de la commission ne se limite pas à la France, ni aux pays développés. Le résultat des travaux de la commission sera rendu public, pour que tous les pays ou groupes de pays intéressés puissent s’en inspirer." Monsieur Stiglitz a donné une entrevue filmée par LCI dans l'émission le Monde des Livres, le 8 janvier 2009.

Ce que j'en retire :
1) La France a demandé à Américain - "prix Nobel" d'économie, certes, et pour avoir travaillé à partir de ses ouvrages, très concis et clair à comprendre -, mais Américain tout de même pour réfléchir à la redéfinition du concept de "croissance" et du PIB.
2) La France a mis à la tête de cette Commission deux étrangers - brillants, là encore, mais néanmoins étrangers...
J'aurais tendance à m'interroger : la France ne produirait-elle plus de penseurs de l'économie ? serait-elle incapable d'envisager une théorie autonome ?
3) Cette Commission travaille pour la France, certes, mais a également vocation à publier ses travaux pour l'ensemble du monde. Cela pourrait être intéressant en tant qu'outil d'influence dans le cadre d'un renouveau des débats économiques. Aux autorités françaises de les diffuser et de les faire connaître pour se placer en amont des documents normatifs qui en découleraient.






Matthieu

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci à votre post, Matthieu, qui permet de se poser d'excellentes questions sur cette commission, sa mission et sa composition.

Je pense que la mise en avant de poids lourds d'envergure international (deux prix nobels non français) permettra de donner aux travaux et résultats de cette commission plus d'influence et d'échos ... en étant légitimé par sa composition internationale (et non franco-française) et leur stature/ renommée internationale.



JP

Anonyme a dit…

Pour poursuivre, les enjeux de cette commission, à savoir la redéfinition de calcul du PIB et du progrès humain.

Calcul par trop basé jusqu'à présent sur le seul critère matériel et de la croissance quantitative ne tenant pas compte des atteintes durables à notre environnement et atteintes aux sociétés.

Vivement une commission pour apprendre aux étudiants en école de commerce, de trading et de banque d'autres cours que ceux basés sur la progression des bénéfices.
A savoir ETHIQUE, RESPONSABILITE SOCIALE et DEVELOPPEMENT DURABLE.


JP

OS a dit…

A titre personnel je préfère que ce soit deux étrangers qui fassent une analyse juste de la situation plutôt que deux français qui vont lamentablement se planter...

Sinon pour la qualité économistes français, je vous conseille d'aller voir la liste des lauréats du Prix Nobel, elle sera nettement plus explicite que toutes les explications du monde... (et on ne pourra pas taxer la récompense d'être "americano-centré" vu qu'elle est décernée par des suédois)

Aujourd'hui à part Jean Tirole et peut-être quelques autres, la France n'a pas grand chose à dire au niveau international...