vendredi 27 mars 2009

Un loup aux abois

Depuis l'affaire Kerviel, le président de "La Générale" est un loup aux abois. Analysant les crises passées pour définir sa stratégie actuelle, il estime encore sa présence indispensable. Lui aussi "souhaite tenir le cap", comme un Capitaine dans la tempête.
Synonyme de scandales et de provocations, il n'a pas vu que cette crise là était différente des autres. Je pense donc qu'il sera débarqué avec son binôme dans les prochaines semaines car il devient de plus en plus l'emblème de tous les maux (ce qui n'est pas justifié d'ailleurs...).
Bloggeurs de tous pays, vous avez la possibilité de pronostiquer la chute du faucon noir : votez !

Patrick Marchant

2 commentaires:

Laurence a dit…

Mais peut être ce serait en faire un bouc émissaire, martyr de la finance moderne?
allons nous assister à une purge?
l'avenir nous le dira...

Patrick Marchant a dit…

Bonjour et merci pour votre commentaire,
Je pense aussi qu'il est déjà un bouc-émissaire et qu'il ne tient encore que par son réseau. Plus la crise s'aggrave socialement et plus il est en danger.
Cordialement
Patrick Marchant